Témoignages de patients

Mon histoire est un peu différente. Certaines personnes pourraient même la qualifier d’ordinaire, mais c’est exactement ce que je voulais vous raconter.

L’an dernier, à la même période, j’ai consulté mon médecin pour mon bilan de santé. Celui-ci a été très étonné de constater que ma fréquence cardiaque était très lente et que les battements de mon cœur étaient irréguliers. J’étais toutefois encore plus surpris que lui de l’apprendre! Je n’avais pas d’antécédents de problèmes cardiaques et je ne me sentais pas différent.

Ma femme Neta et moi dans un moment de détente au lac.

Ma femme Neta et moi dans un moment de détente au lac.

Mon médecin m’a expliqué que la bradycardie est un problème de santé courant, mais qui peut être grave lorsqu’il empêche le cœur de faire circuler suffisamment d’oxygène dans l’organisme. Je risquais d’avoir des étourdissements, des problèmes de mémoire et des difficultés respiratoires, ce qui m’inquiétait compte tenu du fait que je conduis des autobus scolaires.

Un stimulateur cardiaque pouvait aider à stabiliser mes battements cardiaques. J’ai donc eu un rendez-vous pour une intervention chirurgicale à l’Hôpital Saint-Boniface.

Au cours des semaines précédant l’intervention, j’y pensais chaque jour. Je devais me faire à l’idée que j’avais des problèmes cardiaques et la simple idée d’avoir une pile et des fils fixés à mon cœur me rendait nerveux.

Je n’avais jamais été opéré et je ne savais pas à quoi m’attendre. Toutefois, dès que je suis arrivé à la clinique des stimulateurs cardiaques de l’Hôpital Saint-Boniface, je me suis senti beaucoup mieux.

Tous les membres du personnel à l’accueil et le personnel médical responsable de l’intervention ont été aimables et patients et ont répondu à mes questions. La chirurgie s’est déroulée rapidement et sans problème.

Je suis tout particulièrement reconnaissant envers le personnel attentionné et compatissant qui s’est occupé de moi durant la nuit qui a suivie ma chirurgie.

Alors que j’essayais de m’endormir, j’ai commencé à ressentir une légère sensation de brûlure dans la poitrine qui s’est par la suite intensifiée. Je pensais qu’il s’agissait de brûlements d’estomac. Je me suis donc assis dans mon lit pour ensuite me lever afin de voir si la sensation allait diminuer. Une fois debout, j’ai ressenti une vive nausée.

Je me suis donc dépêché d’aller à la salle de bain en pensant qu’il devait y avoir eu un problème avec la chirurgie. Je me disais que mon problème de santé était peut-être plus grave et que je faisais une crise cardiaque!

171023cwa1901

Ma visite avec Oriana à l’Hôpital Saint-Boniface.

Heureusement, l’infirmière de garde a été un ange. Elle a rapidement vérifié mes signes vitaux, a appelé le médecin, même au beau milieu de la nuit. Il a été déterminé que j’éprouvais un rare effet secondaire causé par  l’installation des fils du stimulateur à mon cœur.

Ce n’était pas grave, mais la douleur était si forte que l’infirmière m’a donné différents médicaments et m’a aidé à trouver une position confortable pour me permettre de dormir. Je n’oublierai jamais son nom, Oriana, ni sa gentillesse et sa prévenance. Je lui ai dit qu’elle était un ange, car sa présence rassurante m’a réconforté durant la nuit.

Ce sont ces moments spéciaux qui ont le plus marqué mon séjour à l’Hôpital Saint‑Boniface, mais comme ils sont monnaie courante, on n’en entend pas toujours parler. Voilà pourquoi je voulais vous raconter mon histoire aujourd’hui.

Depuis ma chirurgie, j’ai appris que plus de 90 personnes par mois reçoivent un stimulateur cardiaque à l’Hôpital Saint-Boniface. De plus, grâce en partie à des donateurs et des donatrices comme vous, ces personnes profitent des mêmes soins extraordinaires que moi.

Lorsque vous lirez ma lettre, je serai de retour au volant d’un autobus scolaire. Toutefois, chaque fois que je me rends à Winnipeg, je prends le temps d’aller remercier le personnel de l’hôpital qui m’a soigné et m’a permis de reprendre mes activités. De plus, j’ai aujourd’hui la chance de vous remercier pour votre grande générosité qui a rendu tout cela possible.

Plus tôt cette année, j’ai pu souligner le travail de l’une des membres du personnel, Oriana, par l’entremise de la Fondation de l’Hôpital Saint-Boniface afin d’exprimer ma gratitude et d’aider de futurs patients. Je vous invite à suivre mon exemple sans tarder en faisant un don.

Je vous prie d’agréer mes sincères salutations.

Jake (Jim) Loewen


Plus de témoignages de patients

Sebastien

Brian Pelda

Max Santos