header_aboutUs

L’Hôpital Saint-Boniface et l’Université Ben-Gurion s’associent pour faire avancer la recherche sur l’autisme

Une famille rend hommage à la mémoire de sa fille ainsi qu’à son fils en offrant un don de 300 000 $ pour rendre possible la réalisation du projet

Un nouveau pôle de recherche visant à établir une classification plus complète du trouble du spectre de l’autisme (TSA) a été créé grâce à un don de 300 000 $ octroyé par la famille Dyck par le truchement de la Fondation Kali Dyck.

Propriétaire de l’agroentreprise BrettYoung basée à Winnipeg, la famille Dyck connaît le TSA par expérience personnelle. Chad, l’un des deux fils de la famille, en est atteint. Leur fille Kali avait créé un lien spécial avec Chad, avant sa mort tragique dans un accident de la route en 2011. La famille a créé la Fondation Kali Dyck en 2017 pour honorer sa mémoire.

Chad, Jackie, Lloyd, et Erik Dyck.

Ce projet s’inscrit dans le programme de collaboration interdisciplinaire Recherche sans frontières entre l’équipe de recherche de l’Hôpital Saint-Boniface et celle de l’Université Ben-Gurion de Beer‑Sheva en Israël.

« Aujourd’hui, les diagnostics de TSA sont basés sur des évaluations de comportement qui n’établissent pas réellement une distinction entre les différents sous-types du trouble », affirme le docteur Harold Aukema, chercheur principal, spécialisé en lipidomique nutritionnelle, au Centre canadien de recherches agroalimentaires qui relève du Centre de recherche Albrechtsen de l’Hôpital Saint-Boniface.

« Nous savons qu’il existe d’excellents marqueurs biologiques de différents traits humains qui sont facilement mesurables dans des échantillons de sang et qui varient en fonction de diverses conditions biologiques. Si les sous-types de TSA peuvent être identifiés au moyen de leurs profils uniques de marqueurs sanguins, la médecine disposera d’un nouveau système utile pour étudier, diagnostiquer et traiter ces troubles ».

Selon un rapport de 2018 de l’Agence de la santé publique du Canada, un enfant ou jeune canadien sur 66, âgé de 5 à 17 ans, souffre d’un TSA.

Jackie Dyck affirme que la famille est ravie d’appuyer un projet qui a le potentiel d’approfondir les connaissances sur l’autisme.

« Kali était convaincue de la nécessité d’aider les personnes ayant des déficiences sur le plan de leur développement. Nous ne pouvons pas imaginer un moyen plus digne d’honorer ses idéaux que de soutenir financièrement cette recherche ».

« Ce don est non seulement généreux, mais prometteur », déclare Vince Barletta, président-directeur général de la Fondation de l’Hôpital Saint-Boniface.

« Lorsque des donateurs soutiennent la recherche que nous poursuivons à l’Hôpital Saint-Boniface, ils investissent dans un avenir meilleur pour celles et ceux qui sont aux prises avec quelques-unes des pathologies et des maladies les plus invalidantes qui sévissent aujourd’hui. Nous remercions la famille Dyck pour ce magnifique cadeau ».

À propos de la Fondation Kali Dyck

La Fondation a été créée pour honorer la mémoire de Kali Dyck. Kali était convaincue de la nécessité d’aider les personnes défavorisées, particulièrement celles souffrant de troubles mentaux. Elle a travaillé comme bénévole auprès de nombreux organismes qui viennent en aide aux personnes ayant des besoins spéciaux et elle se destinait à une carrière dans ce domaine. La Fondation vient en aide aux organismes de bienfaisance et à ceux qui défendent les idéaux que Kali incarnait.