La médecine moderne

Veuillez prendre note que les clips présentés ci-après sont uniquement disponibles en anglais.

L’hôpital qui rend malade? Certainement pas sous la surveillance de la Dre Alfa!

La Dre Michelle Alfa mène la charge pour trouver de nouvelles façons de s’assurer que les patients ne sont pas victimes d’infections d’origine hospitalière.

La Dre Alfa a récemment effectué un essai clinique ici, à l’Hôpital Saint-Boniface, en collaboration avec le personnel de l’entretien ménager. En mettant en pratique divers procédés et en utilisant un certain matériel, ils ont pu réduire considérablement le taux de transmission des trois principales infections hospitalières.

L’équipe régionale de prévention et de contrôle des infections a été si impressionnée par les résultats qu’elle a recommandé à l’ORSW de prendre en considération la mise en œuvre des procédés de la Dre Alfa au Manitoba. Les résultats de cet essai seront publiés sous peu dans l’American Journal of Infection Control.


Vous êtes sur le point de quitter l’hôpital? Vous allez d’abord préparer des spaghettis!

On ne pense pas automatiquement à l’ergothérapie lorsqu’il est question des programmes hospitaliers, mais elle joue un rôle essentiel lorsque vient le temps de rétablir ou d’améliorer les fonctions des patients qui ont eu une chirurgie, une maladie ou un traumatisme.

La gériatrie est une branche de l’ergothérapie qui connaît une expansion rapide à Saint‑Boniface, car la majorité des patients sont âgés. Les soins communautaires sont prioritaires pour le personnel. On veut prolonger la période durant laquelle les personnes âgées pourront vivre en santé et de façon autonome dans la communauté, avant de devoir vivre dans un foyer de soins de longue durée. Vous pouvez faire la connaissance d’une patiente :


Le délire postopératoire : une réalité pour un patient sur cinq

L’étude du Dr Arora aide les patients aux prises avec le délire postopératoire.

Un patient sur cinq aura de la confusion, une perte de mémoire ou des hallucinations à la suite d’une chirurgie. Les patients délirants présentent un taux de mortalité plus élevé, sont hospitalisés plus longtemps et ont de plus fortes probabilités de développer de la démence après deux ans (63 %).

Le Dr Arora développe une stratégie de sortie de l’hôpital pour aider les patients délirants après une chirurgie cardiaque. Il s’agit de la première stratégie du genre en chirurgie cardiaque. Le Dr Arora souhaite aménager officiellement une clinique à l’Hôpital Saint‑Boniface.


Concevoir une meilleure boulette de bœuf

Venez jeter un coup d’œil au laboratoire du Dr Moghadasian. On tente de créer une boulette de bœuf saine pour le cœur.

Les Canadiens consomment plus de viande rouge que toute autre source de protéines, et environ 35 % de cette viande rouge est mangée sous forme de hamburgers. Le Dr Moghadasian et son équipe essaient de créer une meilleure boulette de bœuf qui sera plus faible en gras saturés et qui aura une plus forte teneur en fibres et en oméga-3, sans rien perdre de son goût ni de son apparence appétissante.


La surveillance à distance de l’insuffisance cardiaque

Les Manitobains peuvent désormais profiter d’un traitement novateur contre l’insuffisance cardiaque disponible uniquement à l’Hôpital Saint-Boniface.

La surveillance à distance permet aux patients d’utiliser le téléphone de leur domicile pour transmettre les données de leur stimulateur cardiaque à leur cardiologue à l’hôpital. Les professionnels de la santé peuvent ainsi surveiller de près les signes vitaux, le régime alimentaire et le respect de la médication sans que les patients n’aient à se rendre à l’hôpital et ils peuvent voir venir des problèmes de santé imminents. Cette stratégie de gestion de la maladie gagne rapidement en popularité pour optimiser les soins aux patients souffrant d’insuffisance cardiaque dans le monde entier.


Sauver la mère et l’enfant

L’Hôpital Saint-Boniface a fait récemment l’acquisition d’un GlideScope, un laryngoscope vidéo, pour son Programme femme et enfant.

L’appareil aide les anesthésiologistes à rapidement intuber les mères durant les accouchements à haut risque pour s’assurer qu’elles peuvent respirer durant la période de moins de trois minutes dont ils disposent avant qu’elles ne manquent d’oxygène. Vous pouvez faire la connaissance d’une mère et de son bébé en pleine santé et écouter une anesthésiologiste expliquer que l’Hôpital Saint-Boniface possède certains des meilleurs appareils disponibles pour des accouchements sécuritaires.